Le discours alarmiste sur l’état de nos forêts est erroné, selon un documentaire de l’Institut économique de Montréal

Partager:

 

Ils sont opérateurs, ingénieurs forestiers, chasseurs, professeurs, techniciens ou pourvoyeurs. Ils ont en commun un grand respect pour la forêt, qu’ils s’efforcent de cultiver comme on le ferait pour un immense jardin. À l’opposé du discours alarmiste qu’on entend souvent sur le sujet, l’Institut économique de Montréal (IEDM) est allé les rencontrer et présente aujourd’hui un documentaire éclairant sur l’exploitation forestière, à travers les yeux des gens qui en vivent.

 

On y apprend que la forêt, en tant que ressource qui se régénère, peut être coupée et remise en production sans pour autant menacer son existence. D’ailleurs, les arbres trop vieux en viendraient à dépérir s’ils n’étaient pas récoltés. Conserver pour conserver ne sert à personne, pas même aux animaux qui ont besoin de forêts à différents stades de maturité pour s’alimenter.

 

« Dès qu’on survole le territoire et qu’on écoute les gens nous parler de la forêt, la réalité nous apparaît bien loin des images-chocs suggérant un déboisement massif. On découvre plutôt un écosystème dynamique où l’humain prend et redonne à l’environnement. En veillant au renouvellement de la ressource comme ils le font, les exploitants forestiers protègent l’économie de la région et l’avenir de leurs enfants », explique Jasmin Guénette qui s’est rendu au nord deDolbeau-Mistassini pour réaliser cette courte vidéo.

 

Les plus récentes données du ministère des Ressources naturelles du Québec confirment que la forêt se porte bien et que l’exploitation qui en est faite est équilibrée. En effet, le couvert forestier québécois, qui s’étend sur 49,9 millions d’hectares, est sensiblement le même qu’en 1977.

 

Tourné à l’été 2013, le documentaire d’une durée de six minutes peut être visionné au www.iedm.org.

 

Source: Institut économique de Montréal

 

Publié dans Nouvelles forestières.

Les commentaires sont fermés.